Rédaction

The Sparkle 2 Evo

{ The Sparke 2: EVO } PC

Vous êtes ce que vous mangez

The Sparkle 2: EVO est une expérience vidéo-ludique saisissante sur de nombreux points. Situé dans un microcosme coloré, acide et chatoyant, le joueur contrôle un petit bout de vie microscopique qu’il doit faire grandir en se nourrissant de divers éléments. Il en existe trois catégories :
– les nutriments rouges, qui feront évoluer votre être vivant en un parasite carnivore.
– les nutriments verts, eux, feront évoluer votre micro-organisme en un être herbivore et pacifique.
– les nutriments bleus, enfin, permettent d’obtenir une bête omnivore.

Le code coloré est simple, évident, et chaque type de régime alimentaire apporte des améliorations à votre micro-organisme : vitesse, maniabilité, forme, couleurs, etc. Par ailleurs, il est parfaitement possible de suivre un régime majoritairement carnivore tout en happant des nutriments d’autres sortes afin de développer, dans une certaine mesure, des aptitudes liées habituellement aux autres types de festin.

Mais vous n’êtes pas seul dans le monde organique de The Sparkle 2: EVO ! À travers la dizaine de niveaux à la profondeur (au sens littéral, puisque vous évoluez dans un fluide) différente, vous croiserez le chemin de petites bestioles inoffensives faciles à gober, tandis que d’autres feront facilement cinq fois votre taille. Chaque organisme étranger peut être éliminé d’une façon qui lui est propre.

Le jeu est véritablement reposant et accrocheur. Visiter les profondeurs tantôt éclatantes, tantôt inquiétantes à son rythme, accompagné d’une OST se mariant de façon idéale au visuel, est très immersif et paisible. On en profite d’ailleurs davantage encore avec un casque vissé aux oreilles.

Cependant, en dehors de se balader et de manger, force est de constater que l’on ne fait pas grand chose. Les développeurs ont donc eu l’idée d’incorporer deux boss (assez buggés, soit dit en passant) ainsi qu’un mode compétition. Dans ce dernier, vous devrez avaler le plus de nutriments et d’organismes possibles avant l’IA. L’intérêt de ce mode est relativement faible et le scoring est aux abonnés absents.

Autre fait agaçant, il est impératif d’amasser un nombre précis de nutriments pour compléter chaque niveau. Cela ne serait pas dérangeant si les développeurs en avaient prévu plus qu’il n’en faut pour éviter au joueur de tourner vingt minutes en rond à la poursuite du dernier, à l’aide d’un radar guère éloquent. Cette faute entraîne une cassure de rythme et est susceptible de laisser temporairement place à l’ennui.

Le titre se termine rapidement, ce qui en soit n’est pas un problème. Il n’en faut pas plus afin de garder cet aspect jouissif qu’est l’évolution de notre propre petit être. Toutefois, on aurait espéré que chaque nutriment absorbé influe sur la forme, les couleurs, la constitution générale de notre parasite, mais il n’en est rien. Les stades d’évolutions sont, eux, plutôt nombreux, mais signalons qu’il n’y a que trois finalités possibles.

The Sparkle 2: EVO est proposé à un prix dérisoire lors des périodes de promotions sur les plateformes de téléchargement dématérialisé et, malgré ses défauts qui font tache, il serait dommage de passer à côté de cette expérience vidéo-ludique singulière. Les plus exigeants achèteront peut-être directement le troisième opus, un poil plus complet.

NOTE : 6/10